Observateur OCDE
Home
Menu

En route

Cliquer pour agrandir

En dépit du ralentissement économique qui affecte certains pays de l’OCDE, le nombre de gens arrivant dans les pays de l’Organisation pour trouver un emploi ou rejoindre leur famille atteint un niveau record.

Selon la dernière édition des Tendances des migrations internationales de l’OCDE, en 2001 et 2002, plus d’un million d’immigrants permanents ont été admis aux États-Unis, soit quelque 25 % de plus qu’en 2000. L’Europe connaît un phénomène analogue : c’est ainsi que plusieurs pays, dont l’Autriche, la France et la Suisse, ont admis environ 15 % d’immigrants de plus au cours de la même période. En 2001-2002, les migrations pour l’emploi ont progressé de façon spectaculaire, dans tous les types d’activité mais notamment dans le secteur de la santé en raison des pénuries de main-d’œuvre nationale. Actuellement, ce secteur emploie 21 % de la totalité des étrangers présents en Norvège, 19 % en Suède, 14 % au Royaume-Uni, 12 % aux Pays-Bas et 11 % aux États-Unis. Les migrations de travailleurs hautement qualifiés dans les domaines des soins de santé, de l’enseignement et des nouvelles technologies ont conduit à s’interroger sur l’éventualité d’un « exode des cerveaux » dont les pays de départ pâtiraient. Après une étude sur les soins de santé en Afrique du Sud, le rapport conclut que l’émigration n’est probablement pas la principale raison des difficultés auxquelles sont confrontés les pays en développement mais qu’elle aggrave le problème. © L’Observateur de l’OCDE, N°242, Mars 2004