Observateur OCDE
Home
Menu

À haut débit (2)

Courrier des lecteurs
OCDE Observateur
Dans votre plaidoyer pour le haut débit, vous déplorez que « trop de foyers et d’entreprises restent entravés par la lenteur des téléchargements via un accès de première génération car ils ne veulent pas ou ne peuvent pas accéder au haut débit. » (« Haut débit : Un accès plus large » L’Observateur N° 240/241).
Entravés ? De qui parle-t-on au juste ? Peut-être ce nouveau jouet ne remporte-t-il pas tout le succès que vous souhaitez, tout simplement parce que certains ont fait un « choix » délibéré que n’approuvent pas l’OCDE et les gouvernements qu’elle représente.Personnellement j’utilise quotidiennement Internet dans le cadre de mon entreprise ; à mon domicile, il sert occasionnellement à la recherche d’autres informations. J’ai essayé le haut débit et oui, mon courrier électronique arrive à une vitesse proprement hallucinante. J’ai ainsi pu recevoir mes 94 % de spam en un clin d’œil. Mais cela n’a aucun effet sur ma vitesse de lecture. Effectivement, les pages web se téléchargent en un instant. En quoi ma qualité de vie s’en trouve-t-elle améliorée ? En rien.Je veux bien croire que le haut débit soit utile à certains. Mais « utile » n’est pas synonyme de « nécessaire » et, comme beaucoup, je n’ai aucun désir d’accélérer ma vie plus que « nécessaire ». Pourquoi faudrait-il que l’invention de l’ADSL me contraigne à changer mon rythme de vie pour satisfaire les objectifs de rentabilité des opérateurs de télécommunications ou les visées stratégiques de nos gouvernements ? En tant qu’individus, devrions-nous nous réjouir de pouvoir – et donc de devoir – en faire plus dans le même temps de travail, et pour le même revenu ? En quoi cela conduira-t-il à une société plus harmonieuse et plus équitable ?