Observateur OCDE
Home
Menu
De l’énergie à revendre

La question de l’efficacité des réseaux électriques, au centre de toutes les attentions, a tendance aujourd’hui à éclipser un autre sujet vital sur lequel les opinions divergent : la disponibilité des ressources énergétiques. Renewables Information 2003, que publie l’Agence internationale de l’énergie, montre que, ces 10 dernières années, les sources d’énergie renouvelable – solaire, hydraulique, éolienne et biomasse – ont gagné du terrain.

Ces énergies renouvelables ont progressé chaque année de 1,7 %, un chiffre légèrement supérieur à celui du gaz, du pétrole, du charbon et du nucléaire, à 1,4 %. Dans le cas des énergies solaire, éolienne et marémotrice, l’avancée est particulièrement forte, 19,1 % par an, bien que ces énergies assurent toujours moins de 0,1 % de l’approvisionnement énergétique total de la planète. L’hydraulique compte pour 2,2 %, tandis que la biomasse solide, à 10,4 %, domine les autres sources d’énergie renouvelables, en raison de la forte consommation domestique qu’en font les pays en développement.

Par ailleurs, Renewables Information révèle que, dans les régions situées hors de la zone OCDE, l’électricité renouvelable a suivi le rythme de croissance de la production globale d’électricité, alors que dans les pays de l’OCDE, elle est bien inférieure à la hausse de la production totale d’électricité.

Renewables Information en donne l’explication suivante : la croissance démographique est nettement plus forte dans les pays en développement que dans les pays de l’OCDE. Or, à mesure que le revenu des populations augmente, ces dernières passent du bois au charbon de bois puis au kérosène et au propane pour la cuisson des aliments. L’accès à l’électricité se fait, par exemple, dans le cadre de programmes d’électrification rurale. À l’avenir, par conséquent, c’est dans les pays non membres de l’OCDE que la production électrique connaîtra la plus forte croissance, électricité renouvelable comprise.

Quelles sont les perspectives pour le nucléaire ? D’après les Données sur l’énergie nucléaire 2003, que publie l’Agence pour l’énergie nucléaire, la contribution du nucléaire à la production totale d’électricité s’est légèrement tassée entre 2001 et 2002 et devrait encore décroître en 2005 et 2010, passant de 24,2 % en 2001 à 22 % en 2010. Pourtant, la production d’électricité nucléaire devrait progresser d’environ 5 % d’ici 2005 et 8 % d’ici 2010. A la fin de 2002, 362 tranches nucléaires étaient exploitées dans les pays de l’OCDE, et sept étaient en construction.

© L’Observateur de l’OCDE, N°239, Septembre 2003