Observateur OCDE
Home
Menu

L’aide en hausse

Cliquez pour agrandir

Les perspectives d’évolution de l’aide au développement se sont améliorées depuis la Conférence internationale sur le financement du développement tenue à Monterrey en mars 2002. Plusieurs pays membres du Comité d’aide au développement de l’OCDE (CAD), dont émanent quelque 95 % de l’aide bilatérale dispensée à l’échelle mondiale, se sont engagés à accroître leurs apports d’aide dans un effort déterminé pour assurer la réalisation des Objectifs du millénaire pour le développement et faire reculer de moitié la pauvreté à l’échelle mondiale.

D’après les calculs de l’OCDE, si ces promesses et projets se concrétisent, l’aide publique au développement (APD) consentie par les membres du CAD augmenterait de 31 %, soit de US$16 milliards, en termes réels d’ici 2006. Elle représenterait ainsi 0,26 % de leur revenu national brut (RNB) global en 2006, contre 0,22 % en 2001, ce qui reste néanmoins inférieur à l’objectif de 0,7 % préconisé par les Nations unies. À la réunion du Conseil de l’UE qui avait eu lieu à Barcelone avant la Conférence de Monterrey, les membres de l’UE avaient décidé de porter leur aide bilatérale à au moins 0,33 % de leur RNB pour 2006, étant entendu que ceux qui excédaient déjà l’objectif de 0,7 % devraient maintenir leur performance.Certains États membres de l’UE ont ultérieurement pris des engagements supérieurs à ceux souscrits à Barcelone. Si toutes ces promesses sont tenues, l’UE consacrerait en moyenne à l’APD 0,41 % de son RNB en 2006, contre les 0,39 % résultant des décisions de Barcelone. De leur côté, les États-Unis ont annoncé la création d’un Millennium Challenge Account, destiné à financer des projets dans des pays qui appliquent des méthodes justes de gouvernement, qui investissent dans leurs populations et qui encouragent la liberté économique. Ce dernier est censé bénéficier d’un budget annuel de US$5 milliards en 2006. Le Japon, en revanche, a annoncé une contraction de l’enveloppe allouée à l’APD.