Observateur OCDE
Home
Menu

Allô, c’est la Finlande !

OCDE Observateur

Que seraient les performances de la Finlande sans Nokia ? Ce type de question pourrait être posé à plusieurs pays, et même à de grands pays.

Étude économique de la FinlandeQue seraient les performances de la Finlande sans Nokia ? Ce type de question pourrait être posé à plusieurs pays, et même à de grands pays. En effet, Nokia, une entreprise qui domine le marché des téléphones portables, représente près d’un quart des exportations finlandaises. Toutefois, si Nokia joue un rôle déterminant dans la croissance, les exportations et la R&D finlandaises, son influence directe sur l’emploi est bien plus modeste. En 2001, le nombre des employés de Nokia en Finlande est tombé à 23 700 personnes, soit quelque 2 % du total des emplois dans le secteur des entreprises.Il n’en reste pas moins que Nokia a propulsé la Finlande sous les projecteurs de l’économie et a contribué à l’amener, cette année, à la Rapport sur la compétitivité mondiale du Forum économique mondial, et en tête du classement (devant les États-Unis) dans le Global Information Technology Report de ce même Forum.Avant de devenir le premier fabriquant de téléphones portables du monde devant des groupes comme Motorola, Nokia s’est révélé au début des années 1990 en rationalisant ses opérations et en se séparant d’activités périphériques comme la production de téléviseurs et les produits de technologie de l’information. En 1994, Nokia s’était fixé pour objectif de vendre 500 000 exemplaires de son téléphone portable de la série 2100. Il en a vendu 20 millions. Depuis lors, l’expansion mondiale de Nokia n’a pas faibli. Nokia espérait élever sa part du marché mondial à environ 40 % à la fin 2002, contre 25 % en 1999. Cette entreprise entraîne tout le pays dans son sillage. Selon l’Étude économique de la Finlande, la croissance finlandaise s’est bien tenue en 2002, d’après les performances de la zone OCDE. En outre, son PIB devrait passer de 1,5 % en 2002 à 3 % en 2003 puis à 4 % en 2004, un pourcentage supérieur à la moyenne de l’Union européenne.© L’Observateur de l’OCDE, Nº236, Mars 2003