Observateur OCDE
Home
Menu

L’innovation en Chine

OCDE Observateur

Une récente étude* sur l’emploi en Chine intitulée « Take our Workers, Please », décrit en détail les efforts que déploient les dirigeants chinois pour stimuler l’emploi dans une province rurale défavorisée.

Science, technologie et industrie : Perspectives de l’OCDEUne récente étude* sur l’emploi en Chine intitulée « Take our Workers, Please », décrit en détail les efforts que déploient les dirigeants chinois pour stimuler l’emploi dans une province rurale défavorisée. Mais les pouvoirs publics se servent également du ralentissement de la nouvelle économie à l’échelle mondiale pour tenter de faire revenir entre les quelque 400 000 à 500 000 Chinois partis étudier, travailler ou vivre à l’étranger au cours des 25 dernières années.Pour encourager le retour des talents expatriés, la Chine, à laquelle vient d’être octroyé le statut d’observateur au Comité de la politique scientifique et technologique de l’OCDE, vient de lancer un projet visant à transformer 100 universités en institutions de classe mondiale qui non seulement dispensent une formation supérieure, mais offrent également des emplois de professeurs et de chercheurs. Les entreprises et les parcs technologiques proposent aussi des salaires et des avantages concurrentiels.Cela étant, un véritable mouvement de retour de travailleurs hautement qualifiés prendra probablement plusieurs années. Un député de l’Assemblée populaire nationale (APN) [ChinaDaily.com d’octobre] expliquait que « de nombreuses entreprises multinationales ont fait leur entrée en Chine, bien d’autres suivront, et elles entreront inévitablement en compétition avec les chefs d’entreprise chinois dans leur recherche de personnel qualifié ». Selon la dernière édition des Perspectives de la science, de la technologie et de l’industrie de l’OCDE, les entreprises chinoises semblent miser désormais davantage sur la qualité et l’innovation que sur l’atout quantitatif. En 1999, quelque 46 000 publications chinoises ont été incluses dans le Science Citation Index (SCI), l’Engineering Index (EI) et l’Index to Scientific and Technical Proceedings (ISTP), soit un bond de 94 % par rapport à 1992. Le nombre de dépôts de brevets a aussi rapidement augmenté. Entre 1994 et 1999, le nombre de brevets accordés en Chine a progressé de 26 % par an, avec un pic de 47 % en 1999.Le nombre de brevets octroyés aux entreprises chinoises est toutefois disproportionné par rapport à celui des entreprises étrangères et seul un petit nombre des brevets accordés à des déposants chinois correspondent à des inventions, les modèles de fabrication et les dessins se taillant la part du lion. La Chine recueille de toute évidence les fruits de la présence d’experts et de travailleurs étrangers.* Far Eastern Economic Review, article de Ben Dolven, 27 février 2003.