Observateur OCDE
Home
Menu

Attachez vos ceintures…

Selon les chiffres préliminaires de 12 pays de l’OCDE, le nombre de décès sur les routes au cours du premier semestre 2002 n’a guère évolué par rapport à l’année précédente, ce qui indique peut-être que la baisse régulière observée depuis une dizaine d’années s’achève. Le nombre de décès s’est accru en Hongrie, en Suède, en République tchèque, en Norvège, en Allemagne et en Australie, tandis qu’il recule en Nouvelle- Zélande, en Espagne, en Autriche, en Slovaquie, au Japon et au Danemark.

Si la vitesse et l’alcool comptent encore parmi les principales causes de décès sur les routes, la conduite sous l’effet de drogues pose un problème de plus en plus aigu. Des études britanniques récentes ont révélé que 18 % des personnes tuées sur la route avaient absorbé une ou plusieurs substances illicites. De même, selon la police australienne, 29 % des personnes impliquées dans des accidents graves ont fait l’objet d’un dépistage positif de drogues illicites, contre 22 % qui étaient sous l’influence de l’alcool.Une autre statistique devenue préoccupante est le nombre de motocyclistes âgés tués dans les accidents de la circulation. En effet, la France, le Royaume-Uni et les États-Unis ont enregistré une rapide augmentation de la proportion d’accidents mortels impliquant des motocyclistes âgés de 25 à 64 ans. Aux États-Unis, par exemple, l’augmentation la plus marquée du nombre de décès a été observée chez les hommes de plus de 40 ans conduisant des motocyclettes de grosse cylindrée.Le nombre de tués sur les routes des pays de l’OCDE, pour lesquels on dispose de statistiques, a diminué de 4,4 % en 2001 et en moyenne de 2,3 % par an entre 1990 et 2000. Malgré tout, le taux de mortalité sur les routes varie beaucoup selon les pays. Ainsi, le nombre de décès pour 100 000 habitants est deux fois plus élevé en France et en Belgique qu’au Royaume-Uni et aux Pays-Bas, par exemple. Le bilan routier est en général moins lourd dans les pays où les règles de sécurité sont scrupuleusement appliquées et où une forte proportion de la population met sa ceinture de sécurité. © L’Observateur de l’OCDE, Nº236, Mars 2003