Observateur OCDE
Home
Menu

Une espèce recherchée

OCDE Observateur

Qui dit nouvelles technologies dit nouvelles compétences. Cela peut sembler évident, mais qui sait quelles connaissances en informatique seront requises demain, non seulement dans les TIC, mais dans toutes les autres branches qui les utilisent ? Et combien de personnes seront nécessaires pour chaque type de compétence ?

Toutes ces données intéressent de plus en plus les responsables politiques, spécialement dans les pays industrialisés, où une pénurie grandissante de main d’œuvre qualifiée dans le secteur des TIC se fait sentir. Autre question : celle qui concerne le niveau de compétence requis. Certes, lorsqu’on introduit de nouvelles technologies dans le processus de production, la demande de travailleurs peu qualifiés a généralement tendance à baisser, tandis que celle des travailleurs hautement qualifiés grimpe. Mais les emplois liés aux TIC ne nécessitent pas tous un niveau élevé de compétence. Et dans certains cas, une nouvelle technologie peut tout simplement remplacer les cadres intermédiaires, réduisant les besoins dans cette catégorie d'employés hautement qualifiés. La comparaison de la répartition des postes à haute et à faible qualification dans les emplois liés aux TIC aux États-Unis et dans l’Union européenne (UE) est révélatrice. Bien que la proportion des effectifs employés dans les TIC augmente partout, en 1999, la part de ces travailleurs très qualifiés semblait plus élevée aux États-Unis (77 %) que dans l’UE (56 %). Dans les deux cas cependant, la demande de travailleurs hautement qualifiés augmente rapidement dans le domaine des TIC. Ainsi, en Finlande, le nombre de postes dans ce secteur a progressé de 49 % par an environ entre 1997 et 1999. Malgré tout, cette branche ne représentait encore en moyenne que 1,6 % de l'emploi total dans l’UE en 1999, et 2,4 % aux États-Unis. En l’absence de classification internationale des professions liées aux TIC, les données ne sont pas faciles à comparer. Il est néanmoins admis que les concepteurs de systèmes informatiques font partie des professionnels hautement qualifiés, tandis que les réparateurs et les installateurs d’équipements électroniques, par exemple, figurent parmi les travailleurs peu qualifiés.