Observateur OCDE
Home
Menu

Sécurité sociale

Sécurité sociale

Les cotisations de sécurité sociale représentaient environ un quart des recettes publiques des pays de l'OCDE en 2000, soit la même proportion qu'en 1995. Mais, comme le montre l'édition 2002 des Statistiques des recettes publiques, d'importantes disparités subsistent d'un pays à l'autre en raison de différences dans les définitions et les pratiques. Au Danemark, les cotisations de sécurité sociale représentent 4,6 % des recettes publiques, soit 2,2 % du PIB, tandis qu'à l'autre extrême, en République tchèque, les cotisations de sécurité sociale représentent 43,8 % des recettes publiques, soit 17,3 % du PIB

Sécurité socialeLes cotisations de sécurité sociale représentaient environ un quart des recettes publiques des pays de l'OCDE en 2000, soit la même proportion qu'en 1995. Mais, comme le montre l'édition 2002 des Statistiques des recettes publiques, d'importantes disparités subsistent d'un pays à l'autre en raison de différences dans les définitions et les pratiques. Au Danemark, les cotisations de sécurité sociale représentent 4,6 % des recettes publiques, soit 2,2 % du PIB, tandis qu'à l'autre extrême, en République tchèque, les cotisations de sécurité sociale représentent 43,8 % des recettes publiques, soit 17,3 % du PIB. Les pays européens considèrent généralement que la plupart des dispositifs publics qui apportent une garantie de revenu constituent une forme d'assurance qui doit être financée par des cotisations de sécurité sociale, et leurs filets de protection sociale sont bien développés, de sorte qu'ils se situent plutôt en tête de classement du point de vue de l'importance des cotisations de sécurité sociale. Les pays anglophones (ainsi que la Corée) financent une part beaucoup plus importante de leurs prestations sociales par d'autres types de recettes publiques – de fait, ni l'Australie, ni la Nouvelle-Zélande, ne prélèvent de cotisations de sécurité sociale. Et, en règle générale, le rapport des cotisations de sécurité sociale au PIB est plus faible dans les pays de l'OCDE où le PIB est relativement bas, sauf en Hongrie, en République slovaque et en République tchèque. La répartition des cotisations entre employeurs et salariés varie aussi largement d'un pays à l'autre : la charge des cotisations de sécurité sociale est supportée pour moitié par les employeurs et pour moitié par les salariés en Allemagne, aux États-Unis, au Japon, au Luxembourg et en Suisse, tandis qu'ailleurs les employeurs paient généralement la part du lion, sauf au Danemark et aux Pays-Bas où ce sont les salariés qui paient le plus.  OCDE, 2002, Statistiques des recettes publiques 1965-2001, Edition 2002, Paris 2002.