Observateur OCDE
Home
Menu

Vers un soutien plus vert?

Globalement, le soutien accordé à l’agriculture par les pays de l’OCDE a légèrement reculé en 2001, ce qui pourrait contribuer à diminuer les contraintes sur l’environnement, mais les progrès de la réforme des politiques agricoles ont généralement été lents, inégaux et insuffisants. Telles sont les conclusions du dernier rapport Politiques agricoles des pays de l’OCDE: Suivi et évaluation 2002.
Plusieurs pays se sont attaqués aux problèmes d’environnement en 2001 en instaurant de nouvelles mesures, fixant des objectifs environnementaux et visant à réduire la pollution ou à encourager l’adoption de modes de production agricole plus durables. L’Australie et l’Union européenne ont annoncé des mesures en faveur de la conservation de la biodiversité, tandis que le Danemark, la France et les Pays-Bas ont mis en place des mesures de réduction des niveaux de pesticides. De leur côté, la Norvège, la République tchèque et la Suisse ont augmenté leurs dépenses en faveur de l’agriculture biologique. Pour la majeure partie d’entre elles, les dépenses à finalité environnementale correspondent à des paiements versés aux agriculteurs en contrepartie de l’adoption de méthodes de production permettant d’atténuer les atteintes à l’environnement, ou les rémunérant pour la fourniture de services environnementaux. Ces paiements ont vu leur part dans le soutien total passer de 1% durant la période 1986-1988 à 3% pendant la période 1999-2001.Le soutien accordé aux producteurs agricoles dans l’ensemble des pays membres de l’OCDE s’est néanmoins élevé en 2001 à 31% des recettes agricoles totales, contre 32% en 2000 et 38% durant la période 1986-88. Les trois-quarts des aides versées faussent la production et les échanges, et les prix perçus par les agriculteurs en 2001 continuent d’être supérieurs de 31% en moyenne aux prix mondiaux, avec pour conséquence de couper les producteurs de nombreux pays des réalités du marché. En 2001, le soutien total à l’agriculture s’est établi à US$311 milliards, soit 1,3% du PIB contre 2,3% au cours de la période 1986-88. Des différences significatives demeurent toutefois entre pays et entre produits.