Observateur OCDE
Home
Menu

Les perspectives économiques du Brésil

Courrier des lecteurs

Si je souscris globalement à certains des arguments invoqués dans l’article de Joaquim Oliveira et Tristan Price (« Brésil : Désormais plus qu’un simple potentiel », L’Observateur de l’OCDE 228, septembre 2001), je crains que les auteurs ne pêchent par excès d’optimisme.

L’horizon à long terme du Brésil s’est certainement amélioré depuis une dizaine d’années mais pour parvenir au but, nous nous heurtons hélas à une succession interminable de problèmes à court terme. Le chemin est semé d’embûches. Et les défis sont nombreux.Premièrement, la croissance reste bridée par la situation de la balance des paiements – en dépit d’une dépréciation substantielle du real vis-à-vis du dollar ces trois dernières années. Tout hoquet de l’économie mondiale, toute aggravation de l’aversion pour le risque des investisseurs financiers mondiaux, etc... nous ramènent à cette réalité. Notre vulnérabilité face au financement extérieur continue de nous hanter, et avec elle le sentiment de ne pas avoir fait assez pour créer une « culture exportatrice » dans le secteur privé et pour convaincre nos partenaires commerciaux (États-Unis, Europe) d’abaisser leurs obstacles à l’importation de bon nombre de nos produits.Deuxièmement, les taux d’intérêt réels qui avoisinent les 11 % à 12 % sont trop élevés ce qui rend presque impossible la gestion des finances du secteur public. Les auteurs ont absolument raison de rappeler que des contraintes budgétaires très strictes ont été imposées à tous les niveaux d’administration et que la politique budgétaire s’inscrit maintenant dans un cadre plus satisfaisant. Il n’en demeure pas moins que le déficit du secteur public reste dans une fourchette de 2 % à 3 % par an, conséquence de l’augmentation constante des obligations au titre du service de la dette que le gonflement de l’excédent primaire ne parvient pas à compenser. L’endettement du secteur public s’élève maintenant à environ 55 % à 60 % du PIB et, à l’approche des élections générales, la question de la restructuration de la dette ne manquera pas d’être évoquée. Il faut s’attendre à un regain de nervosité sur les marchés financiers locaux, d’instabilité, etc... Troisièmement, l’incertitude sur le plan politique demeurera jusqu’aux prochaines élections générales prévues pour octobre 2002, dans un climat d’inquiétude quant à l’orientation qui sera donnée à la politique économique et à l’engagement du nouveau gouvernement en faveur de réformes favorables à la stabilité économique à long terme. Je suis persuadé que le Brésil saura relever ces défis à sa manière. Mais la route est pleine d’ornières et « l’avenir radieux » n’est probablement pas pour demain.