Observateur OCDE
Home
Menu

L'Afrique face à la modernisation

Centre de développement

L’isolement n’est pas propice au développement économique. Tel a été le leitmotiv de la Communauté européenne pendant les 50 dernières années, le souffle qui a permis la conclusion de l’Accord de libre échange nord américain (l’ALENA), et la motivation des appels à l’action en Asie de l’Est. En Afrique, les initiatives d’intégration régionale se sont succédées et ne se comptent plus, mais toutes se sont soldées par des résultats plutôt décevants.

Ce dont l’Afrique a besoin tout d’abord, si l’on en croit le Forum de l’OCDE sur les perspectives africaines, c’est que s 'instaurent des systèmes politiques viables qui favorisent le lancement d’initiatives collectives. Celles-ci induiront au bout du compte une intégration économique durable. Aujourd’hui, 60 % des échanges mondiaux s’opèrent à l’intérieur de blocs commerciaux régionaux. Il est important de disposer de vastes marchés, surtout pour les petites économies et les pays les moins avancés, parce qu’ils offrent de nouvelles perspectives d’investissement, renforcent la production de biens échangeables et encouragent les investissements directs étrangers. Pour que l’Afrique parvienne à réduire de moitié son taux de pauvreté d’ici à 2015, il faudrait que son économie atteigne un taux de croissance de 7 % par an. C’est un immense défi pour une région dont le rythme d’expansion oscille autour de 3,3 % depuis une dizaine d’années.Bien que le débat reste encore ouvert, l’intégration régionale peut offrir un moyen de mettre en commun les ressources, de réduire les coûts et d’améliorer les capacités d’échange. En dehors de toute considération économique, une approche régionale est parfois plus efficace pour régler les problèmes, qu’il s’agisse du VIH/SIDA et d’autres maladies infectieuses, des questions de riveraineté ou des questions d’environnement. Que la création d’États unis d’Afrique soit ou non l’objectif ultime, l’adoption d’une démarche régionale associée à des réformes intérieures pourrait se révéler une solution judicieuse pour permettre une adaptation efficace à la mondialisation.