Observateur OCDE
Home
Menu

Stop au crime sur la route

Conférence européenne des ministres des transports

L’ouverture des frontières européennes aux échanges et aux voyageurs a également facilité la circulation des délinquants. La criminalité des transports constitue un problème de plus en plus préoccupant.

Ainsi, dans certains pays européens, plus de 1 % des véhicules de transport de marchandises sont volés chaque année, autrement dit des dizaines de milliers de véhicules commerciaux, qui coûtent des millions d’euros. Au cours des sept dernières années, la tendance s’est aggravée de plus de 50 % dans certains pays et avec une préférence pour les cargaisons de matériel de haute technologie. En effet, selon une étude récente effectuée sur 15 mois, le plus grand nombre de vols commis pendant le transport de marchandises concerne le matériel informatique, les périphériques et les téléphones portables, et 25 % des vols sont commis sur des véhicules détournés.Le vol de marchandises en Europe ces dernières années a causé de tels préjudices financiers aux entreprises de technologie de pointe que celles-ci ont décidé de former la Technical Asset Protection Association (TAPA). C’est la branche européenne d’une organisation créée aux États-Unis par Compaq et Intel en 1997 et regroupe maintenant la plupart des principaux chargeurs de produits technologiques. Déçues d’une action policière qu’elles jugent insuffisante, et inquiètes des pertes qu’elles subissent, les entreprises unissent leurs efforts pour prévenir les vols de plus en plus nombreux commis dans les véhicules transportant leurs produits en Europe.Ce rapport de la CEMT (Conférence européenne des ministres des transports) fournit des statistiques comparatives sur les vols de marchandises et de véhicules de transport, et propose des moyens d’améliorer la sécurité des véhicules. Il dresse l’inventaire des dispositifs pour lutter contre la délinquance, depuis les alarmes jusqu’aux senseurs acoustiques à haute fréquence. Il décrit aussi les systèmes de verrouillage de pointe et propose des renseignements sur les systèmes après vol, qui provoquent entre autres l’arrêt graduel des fonctions du véhicule, déclenché par des conditions anormales. Mais ce rapport a fait clairement ressortir que tous ces moyens ne constituent qu’une partie de la solution. Les acteurs – les fabricants, les chargeurs et les autorités douanières – portent également une part de responsabilité.