Observateur OCDE
Home
Menu

Cybermonnaie, l'avenir

Programme de l'OCDE sur l'avenir

Lorsque l’euro a eu cours légal le 31 décembre dernier à minuit, des files d’attente se sont immédiatement formées pour obtenir des espèces, non pas devant les portes closes des banques européennes, mais devant les guichets automatiques. La nouvelle monnaie a commencé à circuler en douceur par la voie virtuelle, ce qui conforte la prédiction de ce rapport selon laquelle l’avenir de la monnaie passe par le numérique.

Une bonne partie de l’enthousiasme initial pour la cybermonnaie a été suscité par les jouets technologiques excitants qu’elle permettait de créer, comme les porte-monnaie électroniques et autres cartes intelligentes. Mais les discussions actuelles sur la monnaie électronique portent sur des questions plus délicates. Quels sont les mécanismes réglementaires à mettre en place pour les transferts et le commerce électronique ? Existe-t-il des moyens fiables pour assurer la sécurité des opérations sans que cette sécurité donne lieu à des abus ? Quelles seront les retombées de cette nouvelle économie de l’immatériel pour ceux qui ne sont pas « branchés » ?Les pouvoirs publics sont favorables à une dématérialisation de la monnaie, ne serait-ce que pour faire des économies. Les espèces ne sont pas bon marché. Singapour, qui prépare l’avènement d’une société de « l’électronique à cours légal » pour 2008, consacre US$359 millions par an pour trier, stocker et protéger son papier-monnaie, alors que le coût d’installation des infrastructures nécessaires sera inférieur de moitié, de l’ordre de US$197 millions.Les inconvénients, ce sont les problèmes classiques de la contrefaçon, du blanchiment de capitaux et de la fraude fiscale, mais à une autre échelle. Un faussaire pourrait-il produire du « cyber-fric » en quantité illimitée ? Une somme d’argent stockée sur un ordinateur individuel pourrait-elle être perdue à jamais si le système d’exploitation tombe en panne ? Les banques sont soucieuses de faire avancer le processus, mais elles risquent d’être bousculées par des sociétés privées cherchant à créer leur propre niche. Pour l’OCDE, quelle que soit l’ampleur de l’évolution des technologies de paiement, le processus historique de centralisation s’appliquera aussi à la monnaie électronique.© L’Observateur de l’OCDE, Nº231/232, Mai 2002