Observateur OCDE
Home
Menu

A propos de la sécurité routière

Courrier des lecteurs
OCDE Observateur
C’est avec le plus grand intérêt que j’ai lu votre article sur la sécurité routière dans le numéro de mars de L’Observateur.
Je me permets à ce sujet de faire une suggestion. On sait que les ministères des Transports, et même les autorités chargées de la sécurité routière, présentent en général les données sur le nombre de décès de la route sous forme de graphiques indiquant le nombre de tués pour un certain nombre d’habitants. Cette façon de présenter les choses, révèle en général une diminution satisfaisante, ce qui donne bonne conscience aux décideurs.Mais les morts et les accidentés de la route pourraient être appréhendés autrement. On pourrait par exemple prévoir le nombre cumulatif d’accidentés de la route sur une période de dix ans, afin de bien montrer l’importance des souffrances et les coûts pour le système de santé qu’engendrent actuellement la technologie automobile et son utilisation.Si l’on procédait de cette façon pour les pays de l’OCDE, on obtiendrait un tableau beaucoup moins réjouissant. Pour l’Inde ou d’autres pays en développement, les résultats seraient carrément terrifiants. Ces deux types de prévisions, auxquels il faudrait ajouter une indication supplémentaire sur le nombre de tués parmi les passagers des véhicules et les piétons, seraient particulièrement pertinents dans l’appréhension du problème. Les chiffres pourraient être utilisés pour exercer de véritables pressions sur l’industrie automobile, qui n’a, à mon avis, jamais assumé la responsabilité des effets secondaires mortels de ses produits. Terence Bendixson, Royaume-Uni