Observateur OCDE
Home
Menu

Le boom économique de l'Irlande

OCDE Observateur
A l’instar des États-Unis, l’Irlande connaît une période de prospérité économique. Sur la période 1990-98, elle a enregistré le taux de croissance le plus élevé de la zone OCDE (7,3 %). L’inflation et le chômage ont reculé et l’Irlande a été épargnée par les creux de conjoncture qu’ont connus un grand nombre de pays de l’OCDE au cours de la décennie passée.
En fait, cette petite économie ouverte profite à la fois de la croissance des États-Unis et de sa position au sein de l’Europe. Mais tout cela ne suffit pas à expliquer les remarquables performances de la croissance de ces dernières années. La dernière Étude économique de l’OCDE consacrée à ce pays mentionne d’autres facteurs, parmi lesquels une évolution démographique favorable et une nette amélioration des compétences et de l’éducation. Les fonds structurels de l’Union européenne ont également joué un rôle important tout comme l’intégration du pays au sein de l’Europe. Des progrès notables ont été réalisés sur le front des politiques monétaire, budgétaire et industrielle.Tous ces facteurs, de même qu’un environnement anglophone, ont attiré des investissements étrangers à haute valeur ajoutée, notamment en provenance des États-Unis mais aussi de l’Allemagne et du Royaume-Uni. L’économie s’est renforcée avec le développement de secteurs orientés vers l’exportation et à forte intensité de main d’œuvre qualifiée – technologies de pointe, produits pharmaceutiques et services. Que se passera-t-il à l’avenir ? Auparavant, l’Irlande était considérée comme « l’homme malade » de l’Europe ; aujourd’hui, on s’inquiète plutôt d’un éventuelle surchauffe de l’économie réelle, notamment du fait que les taux d’intérêt sont tirés vers le bas par la banque centrale européenne. Si l’Irlande doit continuer d’attirer les investisseurs, il lui faudra éviter de tomber dans une « culture de dépendance ». Pour l’heure, la croissance reste vigoureuse. Tant que l’Irlande sera à même de profiter des écarts de conjoncture entre l’Europe et les États-Unis, on peut supposer que l’embellie persistera encore quelques temps.BibliographieÉtudes économiques de l'OCDE : Irlande, 1999