Observateur OCDE
Home
Menu

République tchèque : net reflux de l'inflation

Le PIB réel se contracte, en raison principalement d'une spécialisation dans des produits manufacturés dépendants des exportations. Le recul de l'investissement et la récession qui sévit sur les principaux marchés extérieurs contribuent à un ralentissement marqué de l'activité cette année.

Après quoi, une faible reprise est attendue en 2010, tirée par le raffermissement progressif de la consommation privée et de la demande d'exportation. L'inflation refluera nettement, du fait à la fois de la récession mondiale et d'une augmentation plus lente des prix réglementés.

Face à la récession, le gouvernement a mis en œuvre deux programmes de relance, mais il ne sera guère possible d'aller plus loin dans l'assouplissement discrétionnaire de l'action budgétaire. La politique monétaire a été assouplie progressivement à partir d'août 2008, et des réductions supplémentaires de taux d'intérêt sont possibles. Des mesures visant à alléger la charge que la réglementation fait peser sur les entreprises pourraient aussi atténuer la pression sur ces dernières sans aggraver le déficit budgétaire.

Cliquez ici pour voir l'ensemble des articles de L'Observateur de l'OCDE sur la République tchèque

Voir aussi www.oecd.org/tcheque

Vous pouvez commander les dernières Perspectives économiques sur www.oecd.org/librairie

©L'Observateur de l'OCDE, juillet 2009