Observateur OCDE
Home
Menu

Islande : restructuration bancaire

La demande intérieure s'est effondrée après la faillite des trois principales banques islandaises en octobre 2008, plongeant l'économie dans une récession très profonde. L'activité devrait se contracter jusqu'au début de 2010, avant de reprendre un peu de vigueur grâce à de grands projets d'investissement dans le domaine de l'énergie.

Le taux de chômage devrait grimper à 11 % l'an prochain, tandis que l'inflation tombera à de très bas niveaux et que la balance des paiements courants s'améliorera pour revenir pratiquement à l'équilibre en 2010.

Rétablir le bon fonctionnement du système bancaire est la première des priorités. Cela suppose que le processus de restructuration en cours soit rapidement mené à son terme de façon à ce que les nouvelles banques puissent recommencer à prêter, en particulier aux entreprises. Il faudrait aussi supprimer les mesures de contrôle des changes aussi vite que possible pour faciliter l'accès aux marchés internationaux du crédit. Le programme d'ajustement budgétaire massif que requiert la situation offre la possibilité de renforcer l'efficience des dépenses publiques, mais suppose aussi des réductions de dépenses et des hausses d'impôts de grande ampleur.

Cliquez ici pour voir l'ensemble des articles de L'Observateur de l'OCDE sur l'Islande

Voir aussi www.oecd.org/islande

Vous pouvez commander les dernières Perspectives économiques sur www.oecd.org/librairie

©L'Observateur de l'OCDE n° 274, juillet 2009