Observateur OCDE
Home
Menu

Solidarité active

Cliquer pour agrandir

En période de crise, les gens ne comptent pas seulement sur les pouvoirs publics pour les aider, mais aussi sur leurs concitoyens. Donner de l'argent ou du temps à des associations bénévoles dans la santé, l'éducation, les services sociaux ou l'art aide les bénéficiaires et donne bonne conscience aux donateurs.

Selon un sondage auprès des ménages, 47 % des personnes interrogées dans la zone OCDE auraient fait un ou plusieurs dons au cours du mois précédent, et 24 % auraient eu une activité bénévole. Aux Pays-Bas et au Royaume- Uni, 70 % des personnes interrogées ont fait un don pour leur cause de prédilection au cours du mois précédent le sondage. Malgré un pourcentage de donateurs légèrement inférieur aux États-Unis, près de 42 % des Américains ont fait du bénévolat - soit environ le double de la zone OCDE. Pour des raisons à la fois culturelles et économiques, les Chinois ont semblé moins enclins à donner, en temps comme en argent. Ils arrivent loin derrière les autres pays de l'OCDE.

L'argent ne fait pas tout. Quelle qu'en soit la forme, le fait de rendre service ou d'être aidé, même par une simple oreille attentive ou un coup de main ponctuel, a une influence directe sur le bien-être. Pour la zone OCDE, 91 % des personnes interrogées affirment avoir quelqu'un sur qui compter. Environ 45 % affirment avoir aidé un inconnu au cours du mois dernier. Se serrer les coudes reste encore le meilleur antidépresseur en temps de crise.

Panorama des statistiques de l'OCDE 2009 : économie, environnement et société est disponible sur www.oecd.org/librairie

Voir aussi les travaux de l'OCDE sur les questions sociales sur www.oecd.org/social-fr

ISBN 9789264039353

 

©L'Observateur de l'OCDE n° 272, avril 2009