Observateur OCDE
Home
Menu

Israël : assouplissement monétaire

Les turbulences financières mondiales aggravent le ralentissement, et le rythme de l’activité économique ne devrait pas accélérer de manière substantielle avant la dernière partie de 2009. La banque centrale a déjà abaissé son taux directeur en réaction à la crise qui frappe les marchés de capitaux.

La politique monétaire devrait rester orientée vers un assouplissement à court terme. Au-delà, dans l'hypothèse d'une sortie de la crise financière relativement sereine, l'action publique devrait connaître un durcissement. Compte tenu de l'aggravation des incertitudes économiques, le relèvement envisagé du plafond de dépenses budgétaires devrait être abandonné pour l'instant. L'essoufflement de la croissance du PIB et l'achèvement du programme de baisses fiscales signifie que les augmentations des recettes seront également faibles en 2009 et en 2010. L'impact sur l'économie de la raréfaction mondiale du crédit pourrait être plus prononcé que prévu.

©L’Observateur de l’OCDE nº 270/271, décembre 2008-janvier 2009