Observateur OCDE
Home
Menu

Afrique du Sud : expansion ralentie

Le ralentissement économique observé cette année devrait se poursuivre, reflétant la diminution de la croissance de la consommation et la dégradation des termes de l’échange. La croissance du PIB réel devrait ainsi tomber à environ 3 % en 2009 avant de rebondir au-delà de 4 % en 2010, l’organisation de la Coupe du monde de football devant donner un coup de fouet à l’activité.

L’inflation devrait s’orienter à la baisse et revenir dans la fourchette d’objectif de la banque centrale en 2010 grâce au durcissement monétaire opéré au cours des deux années précédentes et de la diminution des prix des produits alimentaires et de l’énergie. Le déficit de la balance courante restera important, car le ralentissement de la croissance des importations en volume sera quasiment neutralisé par la diminution des prix des exportations.

Le retour attendu des déficits budgétaires n'est pas trop préoccupant, mais il faudrait que la politique budgétaire parvienne à plus que compenser l'assouplissement cyclique à moyen terme de manière à ce qu'il soit possible d'arriver à un équilibre corrigé des fluctuations conjoncturelles. La politique monétaire devrait continuer à mettre l'accent sur la stabilité des prix, mais avec la diminution des prix des produits alimentaires et de l'énergie, un certain assouplissement pourrait sans doute être envisagé plus tôt que prévu. Les perspectives de croissance à long terme et de respect des objectifs officiels en matière d'emploi bénéficieraient d'un renforcement de la concurrence sur les marchés de produits, les priorités allant à l'allègement de la réglementation et à la diminution du coût de la mise en conformité.

©L’Observateur de l’OCDE nº 270/271, décembre 2008-janvier 2009