Observateur OCDE
Home
Menu

Fédération de Russie : dégradation du solde budgétaire

Du fait des retombées de la crise financière mondiale, la croissance du PIB en termes réels de la Russie connaîtra une forte diminution jusqu’en 2009 avant d’amorcer une reprise attendue pour 2010.

La tendance à la forte hausse des cours du pétrole et des métaux s’étant inversée, c’en est aujourd’hui fini du modèle où les gains obtenus au niveau des termes de l’échange alimentaient une croissance rapide de la demande intérieure.

L’inflation a augmenté fortement, mais il est possible qu’elle ait atteint son point culminant et elle devrait refluer en 2009-2010. Le solde budgétaire et celui de la balance courante vont sans doute enregistrer une dégradation marquée.

Les défis auxquels sont confrontés les pouvoirs publics se multiplieront dans ce nouvel environnement marqué par des contraintes budgétaires plus impérieuses. Au minimum, il conviendra de résister à la tentation de mettre en oeuvre des formes de stimulation moins efficientes du point de vue économique, par exemple réduire le taux de la taxe sur la valeur ajoutée.

Sur le front de la politique monétaire, contrer les effets des sorties de capitaux spéculatifs à court terme sur le taux de change peut se justifier, mais il ne faudrait pas utiliser les réserves pour différer les ajustements nécessités par les fondamentaux. Les autorités ont réagi avec détermination aux menaces pesant sur la stabilité du système bancaire, mais d’autres mesures devront sans doute être prises, y compris une amélioration de la coordination avec des autorités de réglementation étrangères étant donné l’ampleur internationale du problème.

©L'Observateur de l'OCDE n° 270-271, décembre 2008-janvier 2009