Observateur OCDE
Home
Menu

Luxembourg : secteur financier atteint

La crise financière internationale exerce un puissant effet de freinage sur la croissance économique, touchant d’abord le secteur financier, mais s’étendant ensuite à l’ensemble de la demande intérieure. Cet effet devrait persister jusqu’en 2010. Le chômage va donc continuer de monter, tandis que l’inflation sous-jacente reculera lentement.

Il faudrait laisser les stabilisateurs automatiques opérer durant la phase de ralentissement, mais les autorités devraient prendre des mesures pour améliorer le solde structurel à moyen terme afin d'assurer la viabilité des finances publiques. En 2009, le passage à un déficit budgétaire de plus de 0,5 % du PIB sera imputable dans une large mesure au jeu des stabilisateurs automatiques. Du côté des dépenses, l'effort porte sur l'amélioration des infrastructures sociales. La principale incertitude tient à la durée et à la gravité des turbulences sur les marchés financiers mondiaux, qui détermineront l'ampleur du ralentissement dans le secteur financier, dont le rôle dans l'économie est crucial.

©L’Observateur de l’OCDE nº 270/271, décembre 2008-janvier 2009