Observateur OCDE
Home
Menu

100ème pour le Comité des Pêcheries

Alors que les stocks halieutiques baissent, la pêche durable devient une question de premier plan pour les pays de l’OCDE. Les gouvernements qui s’attellent aux réformes seront peut-être rassurés de savoir que l’un des plus vieux comités de l’OCDE, le Comité des Pêcheries, est toujours dynamique après 46 ans à la vigie. En effet, il a tenu sa 100ème réunion les 29-30 octobre 2007.

La première réunion s’était tenue les 16-17 octobre 1961, accueillant 31 délégués issus de 18 pays et la FAO en tant qu’observateur. Signe que certaines choses ne changent pas, l’un des principaux ordres du jour lors de cette première session était la question des subventions et autres aides financières aux industries de la pêche dans l’OCDE. Presque un demisiècle plus tard, les subventions à la pêche provoquent toujours un vif débat, bien que l’on en sache aujourd’hui beaucoup plus sur l’impact – préoccupant – des subventions sur la durabilité des ressources halieutiques.

La gestion de la pêche durable et l’économie politique de la réforme étaient toujours à l’ordre du jour lors de la réunion de 2007. Pour James Leape, directeur général de WWF, la réforme devrait aussi couvrir des questions telles que la pêche illégale, non déclarée ou non réglementée, ainsi que la réforme de la gestion des pêcheries régionales. En s’appuyant sur le secteur de la pêche aux États-Unis, Jon Sutinen, de l’Université de Rhode Island, a souligné la nature hautement politique de la réforme, qui doit être prise en compte lors de la formulation de recommandations.

Par ailleurs, Morgen Kjorup, directeur du Bureau national des pêcheries au ministère danois de l’Agriculture, de l’alimentation et de la pêche, a montré comment la réforme pouvait marcher grâce à l’exemple des récents changements dans le secteur au Danemark, qui le rendent plus réactif à l’économie.

©L’Observateur de l’OCDE n° 264/265, décembre 2007-janvier 2008