Observateur OCDE
Home
Menu

Netaddiction

Cliquer pour agrandir

Combien d’heures quotidiennes passez-vous sur la Toile ? Cela affecte-il votre sommeil, votre alimentation, votre travail, voire vos relations amicales ?

Les impacts d’un usage intensif d’Internet sont un sujet d’attention croissant, et des chercheurs étudient ces impacts sur les mécanismes cérébraux, l’apprentissage et les comportements. L’habitude de messages écrits très brefs et du langage codé, peuvent affecter l’écriture et la lecture ; les forums de discussions et les blogs prennent beaucoup de temps, et les relations sociales et activités virtuelles peuvent détériorer les relations « réelles ». Aujourd’hui, des recherches montrent que l’usage d’Internet peut devenir une addiction.

Prenons la conversion enthousiaste de la Corée au web, dans tous les secteurs. Ce pays est aussi l’un des seuls à fournir des données sur l’addiction à Internet, et à traiter ce problème. Certaines statistiques portent plus particulièrement sur les jeux d’argent en ligne, et indiquent que le nombre d’utilisateurs ayant développé une forme d’addiction atteignait 3,3 % de l’ensemble des utilisateurs en 2004, et 2 % en 2006, tandis que 11 % avaient des tendances addictives. La « K scale » (« K » pour « Korea »), une série de critères permettant de diagnostiquer et d’évaluer l’addiction au web, fait désormais partie du jargon Internet. Le gouvernement coréen a mis en œuvre des programmes pour réduire « l’usage compulsif d’Internet », grâce à des centres de conseil, des programmes de traitements et des journées sans Internet.

©L’Observateur de l’OCDE n° 268, juillet 2008