Observateur OCDE
Home
Menu

Italie : surveiller le déficit

La croissance du PIB s’est ralentie au premier semestre 2007 sous l’effet d’un tassement des exportations, s’est raffermie depuis, mais pourrait s’affaiblir de nouveau au quatrième trimestre.
Elle devrait se poursuivre en 2008-2009 à un rythme voisin de son taux potentiel d’un peu moins de 1,5 %. Le chômage, qui a continué de baisser au premier semestre 2007, devrait encore régresser, mais plus lentement. La récente hausse des prix pourrait persister en 2008 et 2009.L’amélioration prometteuse de la situation budgétaire sous-jacente observée en 2006 et pendant la plus grande partie de 2007 s’est ralentie avec le budget pour 2007 révisé et celui de 2008. La révision en hausse des dépenses programmées n’est pas la meilleure réponse à l’augmentation imprévue et peut-être temporaire des recettes. Les taux d’imposition sont déjà élevés, l’endettement global est le deuxième en importance de la zone OCDE et les augmentations des dépenses liées à l’âge se profilent à l’horizon, même si la réforme des retraites, sous condition toutefois qu’elle aille à son terme, a mis l’Italie dans une situation apparemment plus favorable que bien d’autres pays. Le gouvernement doit convaincre l’opinion publique de la nécessité de poursuivre – voire intensifier – la réduction envisagée du déficit et de la dette.©L’Observateur de l’OCDE nº 264/265, décembre 2007-janvier 2008