Observateur OCDE
Home
Menu

Saine immigration ?

Vous notez avec raison que « l’offre de personnel médical reflète les mouvements mondiaux du travail » (n° 262, Banque de données, juillet 2007). Mais beaucoup d’entre nous ne seraient pas d’accord avec votre titre optimiste, « Saine immigration ».
Selon une étude de la Royal African Society publiée en 2005, le recrutement de professionnels de santé africains a certes consolidé les services de santé occidentaux, mais il a créé une situation de crise permanente, voire de désastre, dans les pays d’émigration.Prenons le cas du Malawi. Ce pays est l’un des plus durement touchés par l’épidémie du Sida, pourtant il y a davantage de personnel médical malawite à Birmingham, en Angleterre, qu’au Malawi.Personne ne prétend que les médecins et infirmières malawites ne devraient pas avoir le droit d’émigrer (notamment parce qu’eux-même et leur pays bénéficient de l’expérience, et des salaires, gagnés à l’étranger). Mais les pays d’émigration ont beaucoup investi pour former ces professionnels, et les pays de l’OCDE pourraient faire beaucoup plus pour s’assurer que les bénéfices de ces investissements ne soient pas perdus, par exemple en finançant des projets pour former et retenir du personnel dans les pays d’origine.Patrick Larmor Édimbourg, Royaume-Uni©L’Observateur de l’OCDE No. 264/265, décembre 2007-janvier 2008