Observateur OCDE
Home
Menu

Valeurs urbaines

OCDE Observateur

Cliquez ici OCDE

Depuis plusieurs années, les prix de l’immobilier ne cessent de grimper dans nombre de grandes villes de l’OCDE.
Certains marchés, notamment dans des villes britanniques et américaines, connaissent une accalmie. Mais à Dublin, la ville la plus chère en termes de prix moyen des maisons d’après notre graphique, l’envolée se poursuit : les prix des maisons irlandaises ont augmenté de 11,8 % en 2006, contre 9,3 % l’année précédente, malgré un ralentissement au second semestre. Ce qui suscite des inquiétudes relatives à l’inflation et à l’endettement des ménages, sans parler des difficultés pour les primo-accédants. À Madrid également, les prix de l’immobilier ont fortement augmenté ces dernières années. De fait, la dernière Étude économique de l’OCDE sur l’Espagne, publiée en janvier 2007, appelle à prendre des mesures de stabilisation, les prix ayant doublé en termes réels sur l’ensemble du territoire depuis 1998. Les prix des logements étaient environ trois fois plus bas à Bruxelles qu’à Madrid ou à Dublin en 2004.Cependant, les « anciens » centres financiers que constituent Londres, Milan, Paris et New York occupent toujours les premiers rangs pour les prix de vente et les loyers des appartements situés en centre-ville. Certaines études vont au-delà de la comparaison des villes pour s’attacher aux rues. Selon le classement des rues commerçantes les plus chères du monde – en termes de valeur locative des commerces – établi en 2006 par l’agence immobilière américaine Cushman & Wakefield, la Cinquième Avenue de New York arrive au premier rang, suivie par Causeway Bay à Hong Kong (Chine), les Champs-Élysées à Paris, New Bond Street à Londres et Ginza à Tokyo, tandis que Grafton Street, à Dublin, conserve sa sixième place.  Références :
  • Rae, David et Van den Noord, Paul (juin 2006), « Ireland’s Housing Boom: What has driven it and have prices overshot? », Document de travail du Département des affaires économiques de l’OCDE n° 492, consultable à partir de la rubrique Ne manquez pas sur : www.oecd.org/economie.
  • Voir www.cushwake.com
  ©L’Observateur de l’OCDE Nº 260, mars 2007