Observateur OCDE
Home
Menu

Italie : resserrement des politiques

Une reprise en 2006 marque la fin de quatre années et demie de quasi-stagnation.
Ses principaux moteurs sont une expansion vigoureuse des marchés d’exportation, des conditions de crédit souples, une progression de l’emploi induite par des réformes et un raffermissement de la confiance. La croissance va probablement ralentir en 2007, en partie sous l’effet d’un resserrement des politiques, mais rebondir en 2008. L’assainissement des finances publiques en 2007 repose pour l’essentiel sur des hausses prévues de recettes, ce qui pourrait renforcer les contre-incitations au travail et à l’investissement. Maîtriser la poussée des dépenses est donc une nécessité, notamment dans les domaines des retraites, de l’emploi public, des collectivités locales et de la santé, comme indiqué dans le plan à moyen terme du gouvernement. Pour contenir l’inflation, il faudra mettre en oeuvre intégralement les réformes annoncées des marchés de produits. Un mécanisme de formation des salaires plus décentralisé aiderait aussi à effacer les pertes de compétitivité antérieures.
Population (en milliers), 2005 58 135
Superficie (en milliers de km²) 301
Monnaie Euro
PIB (en milliards de US$), 2005 1 666,4
Espérance de vie à la naissance (femmes/hommes), 2003 82,5/76,8
Population active totale (en milliers), 2004 24 451
Régime politique République
Indicateurs Évolution % (sauf indication contraire)
2006 2007 2008
Croissance du PIB 1,8 1,4 1,6
Taux d'épargne des ménages 10,2 9,5 10,0
Indice des prix à la consommation 2,2 1,9 2,0
Taux d'intérêt à court terme (%) 3,1 3,8 4,0
Taux de chômage(%) 7,1 6,8 6,5
Solde financier des administrations publiques (% du PIB) -4,8 -3,2 -3,3
Balance courante (% du PIB) -2,2 -2,2 -2,6
Source : OCDE©L’Observateur de l’OCDE, n°258/259, décembre 2006