Observateur OCDE
Home
Menu

Fossé racial ?

Cliquer pour agrandir

Pour équilibrer la mondialisation, il ne s’agit pas juste de réduire l’écart entre les pays riches et les pays pauvres, mais aussi de la façon dont les bénéfices en sont redistribués à l’intérieur d’un pays. Alors que le commerce a considérablement accru les migrations et les interactions entre groupes ethniques, la discrimination raciale semble perdurer au travail, comme le montre un rapport du Congrès du travail du Canada d’octobre 2005.
Les blancs d’origine canadienne gagnent en moyenne 4936 dollars canadiens de plus par an que les minorités visibles d’origine étrangère. Le manque d’expérience professionnelle au Canada, la différence culturelle et la langue pourraient fournir des explications, mais les blancs étrangers sont le groupe qui gagne le plus d’argent ! Et les minorités visibles nées au Canada, qui ont d’après le rapport le meilleur niveau d’éducation parmi les Canadiens âgés de 25 à 44 ans, gagnent 8158 dollars de moins que les Canadiens blancs.Ce rapport fait écho à une étude britannique, qui montre que, bien que 21 % des noirs et asiatiques aient le niveau de la licence ou plus, contre 15 % des blancs, leur taux de chômage a augmenté de 2 % depuis 1990. De plus, les minorités ont deux fois plus de chances de travailler pour un bas salaire dans le secteur de l’hôtellerie et de la restauration. La mondialisation a ouvert une période d’interactions bénéfiques entre les pays. Elle doit maintenant contribuer à faire disparaître le « plafond de verre » à l’intérieur des pays. PWVoir http://canadianlabour.ca/index.php/ Jobs_Economy/834et http://www.tuc.org.uk/sltg/revealing.htm ©L’Observateur de l’OCDE, n°255, mai 2006