Observateur OCDE
Home
Menu

Le soleil roi ?

Cliquer sur l'image pour l'agrandir

Avec la flambée des prix du pétrole et le problème du réchauffement climatique, le potentiel des énergies renouvelables retient aujourd’hui davantage l’attention.
Prenons par exemple le solaire, qui sert déjà à la production d’eau chaude et à la climatisation. De 1990 à 2000, une moyenne de 2 millions de m2 de capteurs solaires étaient installés dans les pays membres de l’Agence internationale de l’énergie (AIE), organisation soeur de l’OCDE. Les principaux producteurs de chauffe-eau solaires sont les États-Unis, le Japon et la Turquie, qui représentent ensemble plus de 80 % de l’utilisation directe d’énergie solaire dans les pays de l’AIE. Toutefois, 87 % de l’installation des capteurs solaires, de 1990 à 2000, a eu lieu sur le territoire de l’Autriche, de l’Allemagne, du Japon et des États-Unis.Naturellement, les pays chauds se prêtent particulièrement bien à cette technologie. En Grèce, le nombre de chauffe-eau solaires a presque doublé, passant de 1,8 à 3 millions entre 1990 et 2001. Disposer d’un tel système demeure toutefois onéreux, en raison du coût de main-d’oeuvre très élevé qu’implique l’installation. Certains pays y apportent une aide financière. L’État d’Australie occidentale, par exemple, offre de prendre en charge les frais d’installation des chauffe-eau solaires, à hauteur de
1 000 AUD.S’agissant de la production d’électricité, la technologie solaire a encore du chemin à faire. Elle est développée presque exclusivement aux États-Unis et les seuls projets de production d’électricité solaire à l’échelle industrielle, implantés en Californie entre 1984 et 1990, ont été victimes de la conjoncture, imprévisible pour ce type de technique.RéférencesOCDE/AIE (2004), Energy: Market and Policy Trends in IEA countries. Voir aussi « Quel avenir pour les énergies renouvelables ? », L’Observateur de l’OCDE n°233, août 2002.©L’Observateur de l’OCDE n°248, mars 2005