Observateur OCDE
Home
Menu

En perte de vitesse et d'équilibre?

Contrairement aux attentes, le scénario de reprise partagée ne s’est pas matérialisé.

Contrairement aux attentes, le scénario de reprise partagée ne s’est pas matérialisé. Alors que certains éléments de ce scénario sont en place – « atterrissage en douceur » plutôt réussi aux États-Unis et rebond de l’activité au Japon – la reprise européenne manque cruellement à l’appel.De fait, et avec le recul, il apparaît de plus en plus clairement que les explications de circonstance (guerre d’Irak, chocs pétroliers, fluctuations de change…) ne suffisent pas à expliquer la succession de reprises avortées en Europe. Il en découle pour l’avenir des perspectives de croissance extrêmement différenciées au sein de l’OCDE et de l’économie mondiale : solides en Asie, revenues à la tendance aux États-Unis, et faibles et incertaines en Europe. De telles divergences ne contribueront pas, tant s’en faut, à résorber les déséquilibres actuels de balance courante et pourraient même contribuer à affaiblir la demande mondiale. Ces perspectives ne sont pas cependant gravées dans le marbre et dépendent comme toujours de la capacité des politiques macroéconomiques et structurelles à s’adapter efficacement à un environnement de plus en plus globalisé.Pour en revenir aux développements récents de la conjoncture, il apparaît qu’aux Etats-Unis le rattrapage de demande globale étant désormais achevé, la croissance devrait s’y poursuivre à un rythme plus modéré, en ligne avec les tendances de long terme. Après plusieurs années de reprise, la croissance américaine continue à reposer presque exclusivement sur la demande intérieure sans signe imminent de relais par les exportations. Abstraction faite d’une baisse accidentelle des imports au cours du premier trimestre, la contribution des exportations nettes à la croissance est restée assez faible en dépit d’une forte dépréciation du taux de change réel effectif du dollar.