Observateur OCDE
Home
Menu
Une décennie de progrès

Le Mexique fête cette année ses dix ans à l'OCDE, clôturant ainsi une décennie riche en événements. Outre la création de l'ALENA en 1994, le pays a connu des crises de change, sans oublier les récentes discussions sur l'internationalisation de l'investissement et du travail ainsi que sur les délocalisations.

Depuis son entrée dans l'OCDE, le Mexique a mené un programme de réforme visant à faciliter la transition politique, à renforcer la résilience de l'économie et à soutenir la croissance. Mexique : Progrès dans la mise en oeuvre de la réforme de la réglementation montre que le pays est parvenu à moderniser son système et ses institutions et à mener une politique des échanges cohérente et transparente, caractérisée par une réglementation claire et une plus grande ouverture aux investisseurs étrangers.

Cela étant, Mexique : Progrès dans la mise en oeuvre de la réforme de la réglementation suggère également que le gouvernement aille plus loin, particulièrement dans les principaux secteurs d'infrastructure comme les télécommunications, l'eau et les services financiers. Le secteur de l'électricité en particulier nécessite d'importants changements : il faudrait le doter d'une autorité régulatrice plus puissante et instituer plus de concurrence ainsi qu'une plus grande transparence des droits de douane et des subventions.

Le programme mexicain de réformes a été actualisé et le gouvernement a créé une autorité de régulation nationale, la COFEMER, qui a déjà permis d'accélérer les procédures de création d'entreprises. Grâce à l'élimination ou à la simplification de certaines formalités, comme dans l'urbanisme ou l'administration publique, les investisseurs peuvent désormais faire enregistrer et monter une entreprise en une journée, contre 60 jours en moyenne auparavant. Toutefois, le rapport recommande une simplification de la fiscalité ainsi qu'une réforme du marché du travail, particulièrement nécessaires aux petites entreprises.

Mais ces réformes ne sont qu'un début. Le rapport Mexique : Progrès dans la mise en oeuvre de la réforme de la réglementation montre aussi que, si les règles ne manquent pas, elles restent insuffisamment appliquées ou sanctionnées. En mai 2004, le président, Vicente Fox, a annoncé un moratoire d'un an sur la création de nouvelles réglementations, pour permettre au gouvernement de mettre en œuvre les politiques existantes. Ainsi le gouvernement pourra-t-il stimuler l'investissement, créer plus d'emplois et favoriser la compétitivité, afin que le Mexique continue d'avancer, sur la lancée de ses dix premières années à l'OCDE.

© L’Observateur de l’OCDE, N°245, Novembre 2004