Observateur OCDE
Home
Menu

Productivité des entreprises

Cliquer pour agrandir

Toutes les entreprises cherchent à accroître leurs gains et demeurer compétitives. Elles s'efforcent donc d'augmenter la productivité de leur main-d'œuvre et de leur capital. Mais c'est vers l'interaction de ces deux facteurs que s'oriente désormais l'intérêt des décideurs.
Il s'agit de la productivité multifactorielle (PMF), ou productivité totale des facteurs, qui devient un précieux instrument de mesure de performances. La PMF traduit l'efficience combinée de la main-d'œuvre et du capital, et intègre des facteurs de production comme le savoir et la gestion. À la différence de la productivité de la main-d'œuvre, indicateur plus couramment cité, elle ne peut être stimulée simplement en augmentant le capital ou en licenciant les travailleurs improductifs. Mais elle est aussi plus difficile à mesurer.De surcroît, l'accélération de la PMF explique en partie la reprise de la croissance observée dans certains pays de l'OCDE dans les années 90. La croissance de la PMF s'est accélérée en Australie, au Canada, aux États-Unis, en Finlande, en France, en Grèce et en Irlande, mais dans des pays comme l'Allemagne, l'Espagne, le Danemark, l'Italie, le Japon et le Royaume-Uni, elle a ralenti.Ces gains témoignent peut-être d'une amélioration des compétences et de la technologie. En même temps, l'organisation et l'innovation ont sans doute permis à certaines combinaisons main-d'œuvre/capital de rendre la production plus efficiente. Si la notion de PMF est difficile à appréhender, elle reflète la diversité des facteurs qui stimulent la productivité des entreprises. Aux pouvoirs publics d'apporter leur pierre en assurant un environnement économique favorable. © L’Observateur de l’OCDE, N°245, Novembre 2004