Observateur OCDE
Home
Menu

Une recherche universelle

L’astronomie a énormément progressé au cours des dernières décennies, mais notre univers reste encore bien mystérieux. Certes, nous disposons aujourd’hui d’un modèle convaincant de l’origine, l’évolution et la répartition de la matière visible dans l’univers, qu’il s’agisse des astéroïdes et planètes ou de la structure à grande échelle des amas de galaxies. Mais ce modèle ne permet pas d’expliquer la composition de quelque 96% de l’univers (les énigmatiques « matière noire » et « énergie noire »), ni l’origine ou la répartition de la vie dans l’univers.
Le dévoilement de ces mystères nécessitera le lancement de nouveaux projets, très coûteux, comme ceux des gigantesques télescopes optiques et radiotélescopes, qui ne pourront être mis en œuvre et financés que par le biais de fonds multinationaux.Il faudra aussi élaborer une vision scientifique, coordonnée à l’échelle mondiale, des plus gros projets des vingt années à venir, renforcer la coopération pour développer les technologies indispensables, et enfin resserrer les liens entre lesdivers programmes mis en œuvre. Telles sont les principales conclusions du nouveau rapport sur le forum mondial de la science, issues des débats entre responsables politiques et personnalités scientifiques, désormais consultable sur le site www.oecd.org/sti/gsf. Un certain nombre de recommandations s’adressent à la communauté scientifique internationale, d’autres sont plus particulièrement destinées aux organismes publics de financement. L’astronomie entre dans une nouvelle ère scientifique et organisationnelle: le rapport de l’OCDE expose les défis qu’il lui faudra relever dans les prochaines décennies.Pour tout complément d’information, et pour obtenir un CD-Rom et une brochure en couleur sur le Forum mondial de la science, veuillez contacter Stefan MichalowskiL’Observateur de l’OCDE, N°245, Novembre 2004