Observateur OCDE
Home
Menu

Une ère nouvelle pour l’UE

Courrier des lecteurs
Dans son article publié dans votre édition de mai 2004 (« L'UE élargie et l'OCDE »), l'ambassadeur d'Irlande auprès de l'OCDE, John Rowan, écrit que l'appartenance de son pays à l'Organisation a été déterminante pour sa réussite. L'ambassadeur rappelle également que sur les 10 nouveaux États membres de l'Union européenne, quatre seulement sont membres de l'OCDE.
Les nouveaux pays de l'UE aspirant à devenir membres de l'OCDE y parviendront-ils ? Ils en tireraient certainement profit. Il est vrai que, tout particulièrement dans les économies en transition (ou convergentes), un cadre bien établi d'élaboration et d'évaluation des politiques fait cruellement défaut. En dépit d'administrations parfois importantes, et d'intentions politiques crédibles, ces pays pèchent souvent par manque d'analyse rigoureuse.Le document sur la stratégie d'élargissement de l'OCDE, diffusé en mai 2004, soulignait les difficultés posées par l'adhésion de nouveaux membres. Certains évoquent la question de la taille de l'Organisation, mais l'on souhaite également s'assurer que les nouveaux membres apportent une contribution effective. D'après ce rapport, à l'heure actuelle, environ 16 États ont manifesté une certaine volonté d'adhérer à l'OCDE.Bien évidemment, on vérifiera que les candidats répondent, entre autres, aux critères de « communauté de vues » et « d'acteurs importants ». Si ce dernier critère renvoie probablement à l'aptitude à apporter de nouvelles idées et pas seulement de l'argent frais, il n'en demeure pas moins qu'à eux tous, le reste des nouveaux membres de l'UE qui ne sont pas membres de l'OCDE (Chypre, Estonie, Lettonie, Lituanie, Malte et Slovénie) ne représentent à eux tous qu'une population d'environ 11 millions d'individus.Pourtant, parce qu'elle est née de l'Organisation européenne de coopération économique (OECE), l'OCDE entretient de longue date une relation singulière avec l'Europe. De surcroît, l'Europe est l'un des points névralgiques du monde actuel où les pays ont en partage les valeurs de démocratie et l'engagement en faveur des principes du marché défendus par l'Organisation. Aider les nouveaux États membres de l'UE à arrêter de saines stratégies d'action publique et les encourager à se réformer par le biais des contacts entre pairs renforcerait la situation économique et politique de l'OCDE dans son ensemble. On peut espérer que les pays précités se verront placés en tête de la liste des candidats. Ted Fisher, Budapest, Hongrie© L’Observateur de l’OCDE, N°245, Novembre 2004